Les appareils, politiques ou syndicaux, ne représentent plus qu’eux-mêmes. Ils sont appelés à se heurter à une société civile qui a pris le large en s’émancipant des mots d’ordre décidés par des castes. C’est un ancien monde, déphasé, qui agonise sous nos yeux. Dimanche, en région Paca, des politicards ont perpétué d’antiques tambouilles en vue des élections régionales tandis qu’à Paris la CGT a été agressée par des manifestants du 1 er mai. « Nous assistons à la naissance de l’ère des soulèvements populaires », va jusqu’à soutenir le sociologue Michel Maffesoli dans son dernier essai (1). Pour lui, « le peuple ne supporte plus le mensonge propre au discours officiel ». Une chose est sûre : les « élites » vont avoir du mal à se faire entendre de cette partie de la population, la plus vulnérable, qui subit quotidiennement les désastres de décennies d’idéologies hors-sol. Si l’épisode des Gilets jaunes a peu de chance de renaître dans sa première spontanéité, d’autres mouvements d’humeur sont à prévoir. D’autant que les dirigeants ne semblent pas disposés à revoir leurs habitudes et à se mettre à l’écoute d’une société inquiète. Il suffit, pour s’en convaincre, d’observer la violence verbale avec laquelle la macronie a accueilli l’alerte existentielle lancée par des militaires en retraite sur la vulnérabilité de la France. La vérité ferait-elle peur à ceux qui veulent la taire ?

L’accord passé en catimini, pour la région Paca, entre La République en marche et le républicain Renaud Muselier est une illustration  de l’appauvrissement des partis, obsédés par leur survie. Eric Ciotti (LR) a eu beau jeu de rappeler, ce lundi sur Europe 1, que « notre idéal n’était pas de battre le RN », mais d’apporter des réponses aux attentes des gens. Il est probable que le choix de Muselier, désavoué par son parti (LR), incitera des républicains, faute de candidats, à rallier Thierry Mariani (RN), dans un rapprochement d’ailleurs souhaité par de nombreux citoyens.  Quant à l’agression subie par des militants CGT durant la manifestation parisienne, elle est venue rappeler l’hostilité que peut susciter une organisation sclérosée. Nous seulement la CGT a perdu l’autorité de ses « gros bras » dissuasifs mais elle apparaît débordée par une extrême gauche qu’elle cherche à singer. Le syndicat dénonce une « extrême violence », commise par des « groupes d’individus dont certains se revendiquaient Gilets jaunes ». Déjà, le 1 er mai 2019, Philippe Martinez, le patron de la CGT, avait dû être un temps exfiltré de la manifestation sous la pression de black blocs. Dès le 17 novembre 2018, jour de la première manifestation des Gilets jaunes, les syndicats avaient fait connaître leur opposition à ces initiatives populaires leur tournant le dos. Elles vont se poursuivre. Les exaspérations des Français précipitent la fin d’un monde.

(1) L’ère des soulèvements, Les éditions du Cerf

Je participerai, ce lundi, à L’heure des pros 2, sur CNews (20h-21h)

Je participerai, mardi, à L’heure des pros 2, sur CNews (20h-21h)

Partager cet article
S’abonner
Notifier de
686 Commentaires
le plus récent
le plus ancien
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

[…] Texte daté du 5 mai 2021 et repris du blog d’Ivan Rioufol […]

francedenbas
5 mai 2021 11h52

Elections régionales à Madrid.
La droite en tête,le parti politique VOX(équivalent au RN)en position d’arbitre.La droite semble devoir s’allier à VOX pour prendre la majorité.
La gauche ayant fait une campagne exclusivement centrée sur le danger nationaliste populiste.
C’est ,comme si en France,les LR,s’allieraient avec le RN…on peut rêver.

PONTCARRAL
5 mai 2021 12h00
Répondre à  francedenbas

Pour les crapules anti-France et leurs traîne-savates le pire cauchemar,leur souci principal actuellement: une vague RN aux régionales ,pire une victoire de MLP avec un socle RN à l’ AN aurait un effet d’entraînement dans toute l’UE,notamment sur les politiques dites « d’immigration », mot faible pour éviter celui d’invasion…

Jacques CORALLO
5 mai 2021 11h50

NICE le 02/05/2021 Par le docteur Jacques CORALLO Lu dans la presse. Je dis lu. Je ne sais pas ce qui est vrai ce qui ne l’est pas, mais lu. A Nantes le 18 mars, un jeune étudiant en médecine décède dans les jours suivants immédiatement une vaccination anti-covid. En la circonstance AstraZeneca. Il est écrit que ce pauvre garçon a été victime d’une thrombose de la veine de la rate, splénique. Là, je dresse l’oreille. Je suis hépatogastroentérologue. C’est ou plutôt ce fût mon métier. La veine splénique est dans l’abdomen, c’est une des branches constitutives du tronc Porte. Alors je peux dire. En dehors de de pathologie abdominales diverses et associées, ou bien en dehors de certaines maladies hématologiques, la thrombose de la veine Porte n’existe pas, n’existe pas. Cette réalité donne un poids supplémentaire à la concomitance de la survenue de cet accident mortel avec l’ administration du vaccin. Voilà ! Nous avons un mort ! Mort parce que certains ont voulu le protéger paraît il, par le vaccin! Un jeune homme de 18 ou 20 ans préalablement semble t il en parfaite santé, un garçon probablement travailleur, enthousiaste, peut-être brillant. Mort ! Décédé ! Disparu ! Privé de sa vie !Et pourquoi… Lire la suite »

alouette
5 mai 2021 14h02
Répondre à  Jacques CORALLO

Merci pour cet excellent post « on évalue enfin les vaccins. Innocuité, efficacité dans l’intensité et dans le temps. Car sont ils efficaces ? combien de temps ? pour quelle population ? Je vous le dis la totalité de l’histoire n’est pas écrite. » écrivez-vous………………………………………………………… Le Parisien” décembre 2020 : “Précisons en premier lieu que le délai habituel entre la conception d’un vaccin et sa mise sur le marché approche les 10 ans. Ce qui laisse le temps de prendre en compte les éventuels effets indésirables pouvant intervenir longtemps après l’injection. Dans le cas des vaccins contre le Covid-19, ces délais ont été largement diminués face à la situation sanitaire et sous la pression des Etats, afin de rendre un produit disponible en parfois moins d’un an.(…) (…)C’est sur la base de ce constat qu’en août, l’un des membres de la direction du laboratoire Astrazeneca, Ruud Dobber avait estimé que face à cette « situation unique », « nous ne pouvons pas prendre (de) risque si, dans quatre ans […], le vaccin présente des effets secondaires ». Il réclamait ainsi une clause d’« indemnisation » avec les Etats ayant signé des contrats d’achat anticipé. « Pour la plupart des pays, il est acceptable de prendre… Lire la suite »

jeann
5 mai 2021 14h57
Répondre à  alouette

Vous évaluez sur un cas?

Jacques CORALLO
5 mai 2021 16h26
Répondre à  jeann

Un seul cas en effet. Je crois qu’il y en a d’autres d’ailleurs. Mais bénéfice zero. Risque possible et risque 100% si le hasard tombe. La question est plus d’ordre éthique que épidémiologique. Personnellement j’ai fait ce choix.

jeann
5 mai 2021 16h39
Répondre à  Jacques CORALLO

Un cas,franchement!

alouette
5 mai 2021 18h36
Répondre à  jeann

Un seul cas ?

« En tout cas, l’industrie pharmaceutique européenne fait tout pour se protéger en cas d’effets secondaires inattendus. Des questions se posent autour de la responsabilité des risques financiers et juridiques en cas de problèmes avec le futur vaccin Covid-19. Les membres de la Fédération européenne des associations et industries pharmaceutiques (EFPIA) discutent avec les autorités et les gouvernements européens pour la définition d’un système complet d’indemnisation, selon le quotidien.
Une branche de la Fédération, baptisée Vaccines Europe, exhorterait l’UE à assurer leur couverture légale et financière, selon une note dévoilée par le Financial Times. Cette note indique que « la vitesse et l’ampleur du développement et du déploiement du futur vaccin signifient qu’il est impossible de générer la même quantité de preuves sous-jacentes qui seraient normalement disponibles grâce à des essais cliniques approfondis ». Vaccines Europe représente entre autres Sanofi, GlaxoSmithKline, AstraZeneca ou encore Janssen et Merck. » (capital aout 2020 )

Je suis étonnée que vous n’alliez pas chercher vous même plus loin des info

jeann
6 mai 2021 15h05
Répondre à  alouette

Ca n’a strictement rien à voir. avec ma question
Rien

Geneviève F.
5 mai 2021 14h31
Répondre à  alouette

Je l’avais écrit qu’en cas d’effets secondaires, la responsabilité pourraient être partagée entre les états et les laboratoires pharmaceutiques. Cependant, les dits-laboratoires ne sont pas fous, ils n’ont pas mis sur le marché des vaccins ou les risques seraient supérieurs aux bénéfices. En ce qui me concerne, je ne me ferai pas vacciner sauf s’il faut un passeport vaccinal que des états seraient bien capables de nous imposer.

Libellule
5 mai 2021 19h16
Répondre à  Geneviève F.

Un passeport vaccinal ! Pour qu’on soit tous fichés, ben voyons ! Il faut entrer en résistance pour ne pas accepter cet odieux passeport au contraire. Vous rendez-vous compte que plus ça va et plus nos libertés sont grignotées ? C’est insupportable ! Tout un tas de gens égoïstes laissent faire, bien contents d’être débarrassés des contraintes (s’ils comprenaient à quel point ils se leurrent) ne voyant pas vers quelle régime de dictature nous mènent les malfaisants qui nous gouvernent.

Geneviève F.
5 mai 2021 20h13
Répondre à  Libellule

Nous sommes déjà fichés, un peu plus, un peu moins….. A priori, en France, il serait impossible à imposer. .

Geneviève F.
5 mai 2021 20h18
Répondre à  Geneviève F.

Nous sommes déjà fichès, un peu plus, un peu moins… A priori, en France, ce passeport serait impossible à imposer.

Libellule
5 mai 2021 13h58
Répondre à  Jacques CORALLO

Merci… pour ce jeune homme et pour tous ceux encore en vie.

francedenbas
5 mai 2021 11h35

Un journaliste français enlevé au Mali,journaliste du torchon Libé.
Que Médiapart,Libé,le Monde,l’Huma…se cotisent..et puis ils auront bien les soutiens de Mélenchon,Coquerel,Autain…prêts à aller négocier.

Désabusé !
5 mai 2021 16h11
Répondre à  francedenbas

Méfions nous, s’agissant d’un agent de propagande du prêt à penser ses ravisseurs pourraient nous le renvoyer bien plus vite que nous ne l’espérions !

Au moins là bas c’est une source de manipulations et de mensonges qui sera tarie.

PONTCARRAL
5 mai 2021 11h21

Tout à leurs jeux de gamelles et de strapontins sinécures nos élus régionaux et départementaux se gardent bien de réagir aux annonces d’augmentation parfois substantielles de l’impôt foncier.Il est vrai que les confinés auraient tellement accumulé de fric que le moment est opportun pour les saigner.Et puis toutes ces résidences secondaires devenues résidences principales…Mais pourquoi faire?Pour la voirie…tout ça….Pourtant une feuille picarde avait « enquêté » il y a quelques semaines sur le coût de traitement des migrants ,réfugiés,demandeurs d’asile et autres majeurs non accompagnés;l’article donnait des chiffres de notes d’hôtel, d’hébergements…mais à la fin personne ne savait qui du département, de la région paye…Par ailleurs qui peut dire le coût réel des polices municipales,puisqu’il n’ y a pas d’ensauvagement ni de lien entre immigration et criminalité;des polices occupées à racketter au cœur et à l’entrée des villes ,pour un masque ou un bout de papier ,un autofinancement en somme.Sans compter l’impôt radar ,qui fait que vos courses au centre ville vont coûter le triple ou qu’en rentrant chez vous vous allez perdre l’équivalent de votre journée de travail; un poste qui a dû manqué aux édiles du fait du télétravail ;un manque à gagner,vive le foncier…

PONTCARRAL
5 mai 2021 11h27
Répondre à  PONTCARRAL

Mais pour quoi faire…qui a manqué…voilà…vieux réflexe d’auto-correction….Variante: mais pour fèr’ kouô….

686
0
Laisser un commentairex
()
x