L’Ordre sanitaire n’en finit plus de menacer les libertés, dans l’apathie générale. Non content d’avoir terrorisé les Français durant plus d’un an, en leur imposant des interdits et des obligations souvent absurdes, le biopouvoir passe à la vitesse supérieure. Alors que les effets des nouveaux vaccins anti-Covid ne sont pas encore tous maîtrisés, l’Académie nationale de médecine a estimé indispensable, mardi, de rendre la vaccination obligatoire pour de nombreuses professions en contact avec le public, mais aussi pour les étudiants, les adolescents et les enfants ! Pour sa part, le gouvernement va mettre en place, à partir du 9 juin, un passe sanitaire et une application avec QR code, TousAntiCovid : ces marquages seront exigés pour rejoindre des rassemblements statiques de plus de 1000 personnes, ou pour accéder à certains lieux plus habituels comme des bars, des restaurants ou des salles de sport. Ce mercredi, dans un entretien à Zadig, Emmanuel Macron décrit, après bien d’autres, la fin d’une époque. Il compare « la période que nous vivons » à celle de « la fin du Moyen Age et au début de la Renaissance ». En réalité, le monde hygiéniste et numérisé qu’il propose à les aspects d’une régression démocratique. L’Ordre sanitaire qui se met en place annonce celui du traçage individuel et du contrôle collectif. Il est urgent de mettre un terme à cet engrenage liberticide.

L’épidémie a été une aubaine pour les apprentis sorciers adeptes de la biocrature (mon blog du 13 avril), ce totalitarisme numérique qui s’esquisse. Une société de surveillance intrusive et de contrôle social des populations est techniquement imaginable. La Chine communiste applique déjà ce monde Orwellien. Le cauchemar est caressé également par les adeptes du transhumanisme et de l’homme nouveau. Certes, le passe sanitaire et le QR code – ce code-barres pour l’homme traqué –  peuvent être vus comme d’anodines précautions de bon sens destinées au bien commun. C’est ainsi qu’elles sont présentées par le pouvoir et les médias. Mais ces initiatives n’ont jamais été sérieusement discutées. Et surtout pas par le monde intellectuel assoupi. « Nous vivons dans un temps où les philosophes s’abstiennent », avait constaté Paul Nizan en 1932 (Les chiens de garde). Un reproche identique pourrait leur être fait aujourd’hui, sauf rares exceptions. En réalité, passe-sanitaire et QR code reposent sur une  fausse évidence qui voudrait que la santé soit une valeur et la science une religion. Il n’en est rien : la santé est un bien et la science une méthode, rien de plus. Ces deux mesures menacent les libertés d’aller et venir et de se faire ou non vacciner. Elles menacent aussi la vie privée, et créent un monde construit sur une odieuse discrimination sanitaire. Attention, danger !

Je participerai, ce mercredi, à L’heure des pros 2, sur CNews (20h-21h)

Partager cet article
S’abonner
Notifier de
518 Commentaires
le plus récent
le plus ancien
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Karyn
6 juin 2021 20h53

Bjr…
Svp, il serait intéressant d enquêter sur la pression et chantage sur la vaccination covid obligatoire pour l armée . Le gouvernement dément. Pourtant dans les rangs.. c est obligatoire sinon tu ne defiles pas au 14 juillet sur les Champs-Élysées. Pression aussi sur les départs en opex.
Votre relais serait un bon appui…

merci

Gael MARCHALAND
31 mai 2021 17h27

Pourquoi un Pass Sanitaire et un vaccin quasi obligatoire pour une maladie mortelle pour 0,05 % des personnes infectées ? Le Covid est l’un des virus les moins actifs parmi les virus et bactéries https://www.facebook.com/photo?fbid=1167793200333520&set=pcb.1167794510333389

Le nantais
28 mai 2021 8h53

Autour de la place du Commerce à Nantes, la réouverture à venir des cafés et restaurants engendre des inquiétudes. Et pas seulement celles des riverains qui craignent de perdre leur sommeil. « Les terrasses, ça attire les bandes de voleurs, et il y en a déjà assez comme ça », s’inquiète une riveraine. La place du Commerce, au cœur de Nantes, est à l’image de la ville – le théâtre d’une délinquance du quotidien, le plus souvent d’origine extra-européenne, qui ne prend même plus la peine de se cacher. À la FNAC voisine, certains vendeurs vont jusqu’à conseiller aux clients de cacher les smartphones et autres objets connectés qu’ils viennent d’acheter. « On n’a pas eu, à ma connaissance, de clients qui se sont faits détrousser, mais c’est vrai que c’est insécurisant. Parfois nos clients ont peur de venir », confie un vendeur. Autour de la Fnac, deux bandes au moins de délinquants nord-africains sont à poste permanent – l’une sur les marches dos à la ligne de tramway, l’autre au fond de la place près de la rue de Gorges. Et confinement ou pas, les vols à la tire dans le tramway ou sur la place, voire rue de la Fosse,… Lire la suite »

Beudy
28 mai 2021 8h48

En 1971 et Claude Lévi-Strauss donnait une conférence pour l’UNESCO sur le thème Race et culture.

Sa conclusion était sans appel : la protection des particularismes identitaires d’une culture passe par une fermeture minimum aux cultures extérieures.

Selon l’ethnologue, protéger son identité ne peut pas être assimilé à du racisme ou à de la xénophobie, c’est une constante humaine que de vouloir transmettre son identité à ses descendants.

Destruhaut
28 mai 2021 8h45

En 40 ans, la population française a changé, sa culture aussi

518
0
Laisser un commentairex
()
x